Le sommeil indispensable au bien être

Indispensable à notre système régénérateur, le sommeil se trouve pourtant assez vite malmené dès que survient la moindre contrariété, un petit ou gros souci en bref, un trop plein de préoccupations qui peut d’ailleurs être associé à une mauvaise nutrition ce qui malmène le bien être général voire la santé En effet, une dérégulation trop importante du nombre d’heures de sommeil a des effets néfastes à terme.

Voilà pourquoi il est important d’en prendre soin et ce même de manière préventive afin de ne pas négliger cette vie nocturne de repos bienveillant qui occupe un bon tiers de notre vie. Comment trouver Morphée ? Telle est la question à laquelle nous tenterons de répondre à travers cet article en comprenant un peu mieux ce qu’il se passe durant notre vie nocturne et comment mieux gérer la transition entre la phase de vie active et celle complètement inactive pour trouver le repos réparateur entre ces deux espaces temps corrélatifs, complémentaires et qui s’influencent mutuellement en permanence pour vivre.

Comment le sommeil influence t il notre santé ?

Se lever du bon pied ou du pied gauche peut influencer toute le déroulement de la journée. Le sommeil permet ainsi de restaurer la vigilance, ce qui évite coups de pompe et baisse de régime dans la journée. D’ores et déjà il est bon de savoir que dormir moins de 6 heures par nuit engendre des troubles à court terme selon le Professeur Damien Logier du Centre du Sommeil et de la Vigilance de Paris : Les performances physiques ou intellectuelles peuvent être touchées a divers degrés selon les symptômes suivants : somnolence et endormissements inopinés, baisse de la concentration, chute des résultats scolaires, manque de capacités de réflexion ou d’imagination, mémorisation difficile, prise de décisions plus difficile, troubles du jugement.

A défaut, quelles en sont ces conséquences sur le plus long terme ? Et bien très vite peuvent apparaître des troubles de l’humeur, des somnolences diurnes au-delà d’un manque de concentration, de mémoire,  vigilance de coordination voire même de la santé émotionnelle. Ce sont même les performances qui peuvent être malmenées durablement. A terme, la santé peut être menacée au point d’accroître les troubles cardio-vasculaires, les accidents vasculaires, de la dépression, de l’hypertension artérielle, en tout état de cause une affection de l’immunité générale. Chez l’enfant, c’est l’hormone de croissance qui est déployée par le sommeil et chez l’adulte, c’est l’apport d’insuline pour permettre au glucose de pénétrer les cellules du corps et ainsi de réguler l’humeur.A tout âge, il est important de ne pas perturber le temps de repos utile à nos fonctions corporelles. Cependant, force est de constater que le sommeil évolue selon l’âge et les besoins propres à chacun.

Comment évolue le sommeil en fonction de l’âge ?

Dormir, ce n’est pas être passif. C’est bénéficier d’un repos récupérateur et permettre ainsi au corps de se réguler.
Le sommeil utile à la croissance de l’enfant :

Dès sa naissance, le sommeil est utile à la croissance. C’est pourquoi, il occupe une part importante de l’activité du nouveau né qui va rapidement s’éveiller pour se développer et enregistrer tous les codes de vie environnements pour apprendre à devenir un être humain.

Voici donc le nombre d’heures de sommeil normalement constaté chez les enfants :

Jusqu’à 6 mois Jusqu’à 1  an Jusqu’à 3 ans Jusqu’à 6 ans Jusqu’à 8/10 ans Au delà..
14 à 15  heures 13 à 14 heures 12 à 13 heures 11 heures 10 heures ou plus 8 heures ou plus

 


pub

Ainsi, très tôt, instinctivement, l’on sait que le sommeil est fondamental. D’ailleurs, plus l’enfant est fatigué, plus il va être énervé et avoir du mal à s’endormir et donc s’énerver de plus belle. Il est important d’apprendre à retrouver le calme et trouver quelques techniques d’endormissement à l’aide de rituels qui rassureront l’enfant en pleine recherche de repères.

Cependant, si certains enfants sont réceptifs à la méditation et aux massages, d’autres refusent ces techniques d’aide au sommeil. Dès lors, un sirop spécialement conçu pour les enfants les aide à améliorer la qualité de leur sommeil ce qui assure une bonne journée et moins d’énervement ou crises d’endormissement.

 

Le sommeil utile  à la régulation de la douleur chez l’adulte :

 


pub

Il peut rapidement devenir angoissant de ne pas trouver le sommeil d’autant qu’il permet à l’esprit de s’apaiser en coupant de la réalité et au corps de se régénérer en position allongée. Force est de constater qu’un manque de sommeil contrarie, influence l’humeur et rend même plus sensible aux éléments exogènes voire même endogènes. Ainsi la maladie de la Fybromalgie serait une résultante d’une fatigue injustifiée, prolongée et mal reconnue et donc peu traitée. Elle a pour effet de créer des douleurs diffuses et éparses difficilement prises en charge.Il est certain que durant la période adulte, les soucis accaparent les pensées jusqu’à une période avancée de la nuit qui s’en trouve ainsi considérablement réduite alors qu’il est recommandé de se coucher tôt pour dormir au minimum 7 heures par nuit à l’âge adulte. D’autant plus que au-delà de 60 ans, les enquêtes épidémiologiques attestent que les plaintes de mauvaise qualité de sommeil augmentent considérablement notamment chez les femmes qui connaissent alors des réveils nocturnes plus abondants ou des réveils très matinaux sans compter sur certaines réminiscences de vie sous forme de mauvais rêves. La sédentarité peut nuire au bon sommeil. Néanmoins, d’autres éléments sont à prendre en considération pour remédier à ces désagréments comme le matériel utile au bon repos. Il est important de penser à changer régulièrement son coussin tous les deux ans, son matelas tous les 10 ans et un lit avec un sommier adapté afin de dormir correctement sur ses deux oreilles années après années. Au delà de ces aspects techniques, comme pour les enfants, existe une aide à l’endormissement grâce au bienfait des plantes. Associé aux méthodes méditative, c’est le combo parfait pour retrouver à terme un sommeil de qualité.

Quelles sont les méthodes pour s’endormir sereinement ?

Autant que dormir peu, dormir beaucoup n’est parfois pas plus utile pour aider à récupérer. Le sommeil ne survient pas sur commande. Le moment idéal pour s’endormir est très personnel. Il dépend à la fois de son rythme biologique et de la pression de sommeil accumulée. Plus longtemps vous restez réveillé et plus votre corps fabrique de véritables « somnifères » naturels au fur et à mesure de la journée. Votre cerveau possède une horloge biologique réglée sur environ 24 heures, qui régule tous les rythmes. L’idée est de s’endormir facilement, sereinement pour passer une bonne nuit et donc une belle journée ensuite. C’est le sommeil de qualité qui doit être privilégié plus que la quantité. Pour cela, il est de bon augure d’indiquer au cerveau que le temps est venu de passer à la phase du sommeil. A cet effet, la mise en place de petits rituels réalisés dans le calme seront fort utiles sur le long terme :

La mise en place de petits rituels du soir :

Bien entendus, il est fortement déconseillé de consommer des excitants de type caféine et de cesser les activités sportives. De même l’usage de tablettes et écran tactiles est à proscrire. Ainsi, une tisane du soir suivie d’une méditation du soir est vivement conseillée.                                         

Le rituel peut consister à aller se laver les dents, cesser toute activité, écouter de la musique apaisante ou lire, pratiquer une méditation guidée du soir disponible sur les podcast ou chaînes Youtube, écrire, pratiquer l’auto-massage tel que proposé sur notre page bien être dédiée au massage. Répéter ces étapes du soir, soir après soir pour prendre de bonnes habitudes. Chacun à son petit rituel à trouver avant d’adopter son signal d’endormissement à déclencher comme un top endormissement ( premier baillement, extinction de lumière, ancrage avec les doigts etc)

La focalisation sur la respiration lente et profonde : lorsque la position allongée est enfin mise en place, il est souhaitable de fermer les yeux et procéder à une respiration ventrale lente et profonde sur 3 secondes d’inspiration et 3 secondes d’expiration jusqu’à la sensation de pesanteur. La pratique de la sophrologie aide à trouver le rythme idéal si nécessaire. De même, la méditation guidée aide à retrouver la présence bienveillante de Morphée.

Trouver Morphée :

Sinon, au delà de strucs et astuces, existe un réel compagnon du sommeil, c’est Morphée. Comment le trouver, telle est la question ?  voici un petit objet idéal pour le trouver afin de s’apaiser et le laisser venir à nous en douceur. Comment trouver le sommeil sereinement, c’est en s’éloignant de tout appareil connecté. En effectuant des séances de sophrologie et méditations guidées pour se laisser aller à al détente et relaxation en quelque lieu que ce soit grâce à son aspect compact. Plus de 200 séances sont proposées pour retrouver le sommeil profond naturellement ou se détendre simplement grâce au programme sons de la nature pour une sieste express. Simple d’utilisation, chacun choisi son programme : détente ou sommeil, le plus adapté en fonction du besoin du moment. Savamment étudié, plus de 30 000 utilisateurs recommandent son utilisation. Essayer, c’est adopter sinon à offrir grâce en toute circonstances pour un cadeau bien être garanti satisfait ou remboursé !

 

Quelles sont les étapes du sommeil : les cycles, la durée idéale

Le sommeil est composé de cycles de 90 minutes qui se mettent en place par alternance notre sommeil lent et notre sommeil paradoxal.
C’est l’électroencéphalographie ( EEG) qui permet d’examiner les différentes phases du sommeil soit :

  1. Le sommeil léger à profond pour la mise au repos et la récupération du corps. Cette étape dure une bonne heure durant laquelle le relâchement est constaté avec des ondes lentes associée à une réduction du rythme cardiaque, une réduction de la pression artérielle tandis que l’on enregistre concomitamment une baisse de la température corporelle.
  2. Le sommeil paradoxal est repérable grâce aux mouvements oculaires ( REM = rapid eyes movements) et les rêves qui relèvent du travail de l’inconscient chargé de classer toutes les expériences vécues durant la journée à l’état de veille. Le reste des muscles est paralysé pour laisser place à la seule activité respiratoire et oculaire et une activité cérébrale intense. La récupération est profonde.
    Dès lors que ces phases ne sont pas respectées sur le long terme, il peut être utile de se rendre chez son docteur. Bien sûr, avant d’en venir à étudier médicalement le sommeil, il existe bien des méthodes pour aider à s’endormir un peu plus sereinement. Nous verrons ensuite qu’il existe des centres spécialisés lorsque qu’un trouble est avéré et qu’il est nécessaire de le traiter médicalement auprès de spécialistes pour retrouver une santé trop longtemps altérée si bien que le corps ne parvient plus a se réguler naturellement.

Quels sont les établissements spécialisés pour l’étude du sommeil ?

Dès lors qu’une personne constate un nombre trop important d’insomnie, il peut être utile de se rendre chez son médecin traitant. Ce dernier pourra prescrire des médicaments aux plantes pour favoriser le relâchement ou des médicaments de types somnifères. Cela va aider ponctuellement mais ne va peut être pas résoudre indéfiniment la problématique rencontrée.A ce moment là, une étude peut être réalisée dans un centre hospitalier en prenant rendez-vous auprès du « Centre du sommeil et de la vigilance » à l’hôpital Hôtel Dieu de Paris ou auprès des services de pathologie du sommeil des hôpitaux universitaires Pitié Salpêtrière de Paris. Apnée du sommeil, ronflements, insomnies sont étudiés dans plusieurs centres du sommeil situés sur tout le territoire.

A et effet, la société française de recherche sur le sommeil a dressé une liste des centres sur son site internet.Ce sont des services spécialisés de recherche scientifique et d’enseignement pour prodiguer les meilleurs soins curatifs ou préventifs à l’aide de neurologues, pneumologues, physiologistes, endocrinologues, psychiatres, stomatologues qui se sont réunis pour accueillir les patients dans le cadre d’une hospitalisation continue 7 jours sur 7 afin de passer une polysomnographie dans un premier temps. Ce ne sont pas moins de 2 000 personnes qui ouvrent les portes de ces lieux parisiens le temps d’une nuit pour comprendre à tout âge ce qui peut bien perturber le sommeil, remédier à ses causes et conséquences et mieux agir pour retrouver le repos tant mérité.